Venbonde Conseil

Actualités


28/10/2020 Stéphane Venet0

Infocob confie à Venbonde la formation des utilisateurs sur Infocob Gestion / Sequoia chez Atlantique Caisse System – ACS (17)

Plus d’informations sur ACS -> Commerce de gros (commerce interentreprises) d’autres machines et équipements de bureau – 4666Z

Plus d’informations sur Infocob Solutions

Plus d’informations sur Infocob Gestion

Un projet d’évolution ? contactez Venbonde – Expert conseil en système d’information.



31/01/2020 Stéphane Venet0

Infocob confie à Venbonde  la formation des  utilisateurs sur Gestimum ERP : Gestion Commerciale et Comptable.

Solution retenue : En complément d’Infocob CRM, Gestimum Commerciale et Gestion Comptable.



21/11/2019 Stéphane Venet0

Cette vidéo réalisée, par Venbonde – expert en système d’information, pour l’éditeur de gestion Gestimum, présente G-Change, le connecteur Gestimum.

L’intégration d’applications d’entreprise ou IAE (en anglais enterprise application integration, EAI) est une architecture intergicielle permettant à des applications hétérogènes de gérer leurs échanges.

Plus d’informations sur la collection vidéo Gestimum

Venbonde réalise des vidéos explicatives, simples et compréhensibles pour le plus grand nombre.

La vidéo est le média le plus efficace pour faire passer un message ! un tutoriel produit à réaliser ou un témoignage clients en vidéo, n’hésitez pas, contactez-nous !

Gestimum ERP G-Change : Transcription vidéo.

Notre monde est de plus en plus connecté. Les informations sont accessibles partout et pour tous et ce quels que soient le lieu et le terminal : ordinateur, tablette, mobile.

Quelles sont les répercussions de cette hyper-connectivité sur les ERP ?

L’ ERP, outil de gestion d’entreprise, permet de partager et valoriser les données créées au quotidien.

Gestimum ERP a pour vocation d’aider les PME à pérenniser, développer et valoriser ce capital immatériel.

Ainsi, mises à jour quotidiennement par l’ensemble des acteurs de l’entreprise, bien organisées, ces données enregistrées de manière structurée dans une base ouverte MS-SQL Server constituent la matière première inépuisable sur laquelle l’entreprise construit son avantage compétitif.

L’ouverture de la base permet aussi de l’enrichir de données provenant de systèmes d’information tiers, localisés ou non au sein de l’entreprise.

Jusqu’à présent, les échanges avec ces applications externes se faisaient en lecture / écriture en base de façon simple et efficace.
Pour autant, cet accès direct aux données ne garantissait ni l’intégrité de la base, ni le respect des règles métier. Le risque d’altération des informations était donc important.

C’est pourquoi, Gestimum a développé G-Change.

G-Change est un module qui établit des connexions entre Gestimum ERP et les sources d’informations tierces qu’elles soient au sein de l’entreprise ou de ses partenaires, clients ou fournisseurs, et ce en toute indépendance.

Avant d’être enregistrées en base, les données sont régulées, contrôlées et sécurisées.

G-Change garantit ainsi la qualité des informations recueillies et transmises, c’est-à-dire leur intégrité et leur cohérence par rapport aux règles de gestion.

Ainsi une application tierce dialogue avec Gestimum ERP exactement comme le fait un utilisateur.

G-Change transforme tout système informatique tiers en utilisateur virtuel de Gestimum ERP.

Connecteur universel, G-change va permettre de relier n’importe quel système d’informations avec Gestimum ERP les rendant ainsi inters opérables.

Pourront se connecter à Gestimum ERP par G-Change par exemple des applications de gestion d’entrepôt, des sites e-commerce, une gestion de caisse, une gestion de production, une application de gestion de maintenance, des terminaux mobiles pour gérer des interventions ou enregistrer des commandes.

A travers G-Change, toutes les fonctionnalités de gestion de Gestimum ERP deviennent accessibles à vos outils tiers.

G-Change s’installe directement sur le serveur Gestimum, ou sur un serveur externe pour s’adapter à l’infrastructure de l’entreprise.

Grâce à G-Change, échangez, enrichissez, valorisez vos données clés, en toute sécurité, et en en gardant la maîtrise totale !

Pour découvrir comment cette richesse fonctionnelle va s’adapter à votre PME, n’hésitez pas, contactez Venbonde – Expert conseil en système d’information.



24/09/2019 Stéphane Venet0

Factures de ventes : Mentions obligatoires à compter du 1er octobre 2019 !

Vos modèles d’édition sont-ils à jour ?

À compter du 1er octobre 2019 deux nouvelles mentions devront figurer sur les factures :

  • l’adresse de facturation si elle est différente de celle de livraison
  • le numéro du bon de commande s’il a été préalablement émis par l’acheteur

La forme de la facture

Une facture est une note détaillée de services réalisés ou de marchandises vendues. Elle doit répondre à un certain nombre d’obligation concernant la forme :

  • être rédigée en langue française
  • être établie en 2 exemplaires, dont l’original pour le client
  • comporter un certain nombre d’indications détaillées

Factures dans une monnaie et langue étrangères

Une entreprise établie en France peut également sous certaines conditions  :

  • facturer dans une monnaie étrangère sous réserve que la devise étrangère soit reconnue internationalement et convertible (dollar ou livre sterling par exemple) et que la réintégration dans la comptabilité de l’entreprise se fasse en euros.
  • rédiger la facture dans une langue étrangère (dans ce cas, l’Administration peut exiger la traduction certifiée par un traducteur juré, pour contrôle).

Factures : les mentions obligatoires

  • La date de la facture : Date à laquelle la facture est émise.
  • Le numéro de la facture : Numéro unique pour chaque facture et basé sur une séquence chronologique et continue, sans « trou », une facture ne pouvant être supprimée. La numérotation peut éventuellement se faire par séries distinctes (par exemple avec un préfixe par année), si les conditions d’exercice le justifient.
  • La date de la vente ou de la prestation de service : Date où est effectuée (ou achevée) la livraison des biens ou la prestation de service.
  • L’identité du vendeur ou du prestataire de services : Dénomination sociale (ou nom et prénom pour un entrepreneur individuel), adresse du siège social, adresse de facturation (si différente), numéro de Siren ou Siret, code NAF, forme juridique et capital social (pour les sociétés), numéro RCS et ville du greffe d’immatriculation (pour les commerçants), numéro au répertoire des métiers et département d’immatriculation (pour les artisans).
  • L’identité de l’acheteur ou du client : Dénomination sociale (ou nom pour un particulier), adresse du client (sauf opposition pour un particulier),adresse de facturation si différente, adresse de livraison.
  • Numéro du bon de commande : Lorsqu’il a été préalablement établi par l’acheteur.
  • Numéro d’identification à la TVA : Numéro d’identification à la TVA du vendeur et du client professionnel (seulement ci dernier est redevable de la TVA). Ces mentions ne sont pas obligatoires pour les factures dont le montant hors taxes est inférieur ou égal à 150 €.
  • La désignation et le décompte des produits et services rendus : Nature, marque, référence des produits. Matériaux fournis et main d’oeuvre pour les prestations.
  • Dénomination précise, quantité, prix unitaire hors taxes et taux de TVA ajoutée, remises et autres rabais éventuels.
  • Le prix catalogue : Prix unitaire hors TVA des produits vendus ou taux horaire hors TVA des services fournis.
  • Le taux de TVA légalement applicable : Notamment si différents taux de TVA s’appliquent, ils doivent apparaître de manière claire par lignes.
  • Réduction de prix : Rabais, ristourne, remise à la date de vente ou de la prestation de service, à l’exclusion des opérations d’escompte non prévues sur la facture.
  • Somme totale à payer hors taxe (HT) et toutes taxes comprises (TTC)
  • Concernant le paiement : La date ou délai de paiement, les taux de pénalités en cas de non-paiement à la date de règlement inscrite sur la facture et le montant de l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement en cas de retard de paiement (40 €).

Factures : les mentions particulières

D’autres mentions doivent être inscrites sur la facture selon les cas particuliers suivants :

  • Le vendeur ou prestataire est membre d’un centre de gestion ou d’une association agréée : Ajouter la mention : « Membre d’une association agréée, le règlement par chèque et par carte bancaire est accepté ».
  • Le vendeur a un régime de franchise de TVA : Ajouter la mention « TVA non applicable, art. 293 B du Code général des impôts ».
  • Le sous traitant ne déclare plus la TVA c’est L’entreprise principale qui la déclare (autoliquidation de la TVA) : Mention « auto-liquidation de la TVA ». Indiquer qu’il s’agit d’un « montant hors taxe ».
  • Les artisans ou les micro-entrepreneurs exerçant une activité artisanale pour laquelle une assurance professionnelle est obligatoire : Mention de l’assurance souscrite au titre de l’activité.

Factures électroniques

La facture peut être émise par voie électronique sous réserve que l’acheteur formalise son acceptation. Le contenu d’une facture dématérialisée doit correspondre à celui d’une facture papier comportant strictement les mêmes mentions obligatoires.

Dans le cadre des marchés publics, la facturation électronique est obligatoire pour les grandes entreprises et les PME, et le sera bientôt pour les TPE à partir du 1er janvier 2020.

Pour utiliser la facturation électronique, vous devez créer un compte sur la plateforme Chorus Pro afin d’adresser vos demandes de paiement aux entités de la sphère publique dont vous avez remporté le marché.

Chorus Pro permet d’avoir accès aux fonctionnalités suivantes :

  • dépôt ou saisie d’une facture
  • suivi du traitement de ses factures
  • ajout de pièces complémentaires nécessaires au traitement de sa facture
  • consultation des engagements émis par les services de l’État.

Factures : délais de conservation

Les factures doivent être conservées pendant 10 ans, en leur qualité de pièces comptables. Elles peuvent être conservées sous format papier ou électronique.

Factures : nouvelles sanctions

Les sanctions pour infraction aux règles de facturation sont renforcées par l’instauration d’une amende dorénavant de nature administrative. Les amendes encourues iront de 75 000 € pour une personne physique et 375 000 € pour une personne morale. Cette amende pourra être doublée en cas de réitération de la faute dans un délai de 2 ans à compter de la 1ère sanction.

Source : Le portail de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics – septembre 2019


Vous souhaitez faire évoluer vos modèles de documents ou créer des tableaux de bord ? contactez Venbonde – Expert conseil en système d’information.